Jaguards en support du Conseil Départemental du Val de Marne

Le 9 novembre, le Conseil Départemental du Val de Marne réalisait un exercice dont le thème était: Blackout électrique sur l’est de la région parisienne avec le support de Jaguards, main courante informatisée et gestion opérationnelle de crise. Voici un court résumé du déroulé de l’exercice et des scenarii envisagés : Tout à commencé par un message en provenance de la préfecture: Plusieurs câbles du réseau RTE Est Parisien provenant de la centrale de Nogent sur Seine ont été endommagés, impactant fortement l’alimentation électrique du Val de Marne. Plusieurs postes-sources du département sont à l’arrêt. Enedis est en cours d’évaluation de la situation. Immédiatement, une cellule de crise est réunie. Lors de cet exercice, plusieurs dizaines de personnes ont été mobilisées. Au centre de l’organisation, le logiciel de Gestion de Crise Jaguards recense et diffuse les informations, les décisions, et les actions entreprises. Une salle de simulation a permis tout au long de l’exercice de représenter la situation réelle: appels des écoles, des crèches, des particuliers excédés, contact permanent avec ENEDIS, alimentation en flux d’information sur l’état des installations impactées, … La salle de crise reçoit grâce à Jaguards toutes ces informations. Elle  réunit élus, directions opérationnelles et fonctionnelles du Conseil Départemental. C’est dans ce lieu que les décisions sont prises, les actions lancées, et les services coordonnés. Toutes les actions, toutes les données sont consignées dans la main courante Jaguards. Mais la situation s’aggrave. Les feux tricolores qui gèrent la circulation ne disposent que de 20 minutes d’autonomie électrique. Ils tombent en panne les uns après les autres. La circulation s’engorge, empêchant les équipes d’interventions et les secours d’agir. 1h30 plus tard, 26 crèches sont évacuées, 38 établissements recevant du public sont fermés, 116 bâtiments départementaux sont touchés. Les réseaux de télécommunications (internet, téléphone) « tombent » les uns après les …